Rap Bua Festival en Thaïlande

Le Rap Bua Festival ou Yon Bua Festival (ประเพณีรับบัวหรือโยนบัว) est une chose unique en Thaïlande, vous pourrez avoir ici la description de ce qu’il est, ma vision personnelle de cette fête, ainsi qu’une série de photos, puis, je vous expose mes recherches qui m’ont permises de savoir qui était célébré ce jour.

Rap-Bua-Festival-015.jpg
Pour cette fête bouddhiste, les croyants viennent pour jeter des Dok Bua (des fleurs de lotus) en offrande sur le bateau qui transporte cérémonieusement une statue du Bouddha vénéré. Appelée Luang Poh To หลวงพ่อโต, cette représentation de Bouddha est abritée par le temple Wat Bang Phli Yai Nai à Samut Prakan วัดบางพลีใหญ่ใน (สมุทรปราการ)

suite

Le Rap Bua Festival ou Yon Bua Festival est une longue tradition héritée des habitants de Bang Phli, un district de Samut Prakan, près de Bangkok.
Il a lieu chaque année le 13ème jour de la lune croissante du 11ème mois lunaire.
La cérémonie se tient au début du jour, soit très tôt le matin.
Cette tradition est devenu le festival « Rap Bua » (recevoir une fleur lotus) ou Yon Bua Festival (jeter une fleur de lotus).
La caractéristique principale est d’exprimer son respect à la procession de l’image de Luang Pho To, à la fois sur terre et sur l’eau.
Cet événement est accompagné d’activités folkloriques comme des arrangement de lotus sur un piédestal, des concours de bateaux, et des animations folkloriques tels que Phleng Ruea เพลงเรือ (littéralement bateau chantant).
J’ai lu que la Fête du lotus est également une sorte de Saint-Valentin thaïlandaise. Parmi les centaines de jeunes hommes et femmes présents au bord de l’eau, nombreux sont ceux qui espèrent recevoir une fleur offerte par un admirateur ou une admiratrice.

Cette année 2015, ce jour a été le lundi 26 octobre et le départ des bateaux a eu lieu vers 7 h 30.

Me voila donc arrivant vers six heures et demi du matin dans la rue qui même au temple.
J’ai la grande surprise de voir autant de personnes car il m’était venu à l’idée qu’il y aurait sans doute peu de monde puisque nous étions un lundi, donc jour où normalement la plupart des personnes vont travailler.
Plus j’avançais, plus je pouvais me rendre compte de la foule énorme venu assister à cet évènement.

Dès le début de la rue, il y a évidement des vendeurs de Dok Bua (fleur de lotus) mais pas seulement, il y a des vendeurs de toutes sortes de nourritures et de différents autres produits qui n’ont rien à voir avec la cérémonie comme des vêtements, des sacs, …

En s’approchant du canal (klong Sarong), la foule devient de plus en plus dense et pour traverser le pont qui mène au temple, c’est carrément la cohue.
Ce sera la même cohue qui sera entassée sur le quai où est accosté le bateau avec la représentation de Luang Pho To qui va faire la procession sur le canal.
Rap-Bua-Festival-011.jpg

Comme les prêtres n’étaient pas encore arrivés puisque le départ du bateau est prévu pour sept heure et demi, les gens se précipitaient pour aller déposer leurs fleurs de lotus sur le bateau.

Malheureusement, aucune discipline n’est respectée malgré les hurlement des organisateurs dans le haut parleur.
Alors qu’il y a normalement une file de personnes qui montent sur le bateau, qui déposent ses fleurs et qui s’en vont, très vite des personnes qui ne respectent rien viennent en contre courant de ceux qui descendent du bateau et bloquent tout. Du coup plus personne ne peut bouger et les organisateurs hurlent que le bateau va finir par couler. Mais rien n’y fait personne ne bouge jusqu’à l’arrivée des prêtres qui entraine que tout le monde doit descendre du bateau et en dégager l’accès.

C’est étonnant de voir que les thaïlandais qui sont habituellement très discrets, qui se montrent la plupart du temps timides et réservés surtout en ce qui concerne les femmes, qui ne veulent surtout pas perdre la face, qui peuvent paraitre polis et respectueux  peuvent parfois se révéler indisciplinés, mal élevés, sans respect et bêtes. Dans des faits comme celui-là, on peut s’apercevoir qu’il n’y a en fait aucune attention, aucun intérêt ni aucun respect de son semblable dans le fond de chaque personne. Même si sur la série de photos que je présente, vous ne pourrez pas forcément voir la bousculade et les méfaits, vous verrez en tout cas la densité de la foule qui ne gène personne; c’est étonnant dans un pays où l’on ne se touche pas en public même pour se dire bonjour que personne ne semble faire attention à cette promiscuité et à ce collé serré pratiqué ici.
J’avais pu observé le manque de discipline dans ce pays avec les personnes qui cherchent à resquiller, qui se faufilent pour s’assoir sur la dernière place libre, qui ne s’arrêtent pas aux feux rouges et même vous passent devant pour être le premier, mais je n’avais jamais imaginé qu’il pu y avoir autant d’incivilité dans l’enceinte d’un temple.

N’ayant donc pas pu aller sur le bateau, j’ai choisi de quitter ce quai au bord du canal puisque je ne pouvais de toute façon rien voir.
Cela m’a permis d’aller visiter le temple avant qu’il ne soit envahi par cette foule.

Ma surprise a été totale:

En dehors des bâtiments qui rappelaient que nous étions dans un temple, c’était un vrai marché et une vraie foire.
Il y avait des vendeurs partout et toutes les choses que vous pouvez trouver dans une foire que ce soit des stands de nourritures, de vêtements, de draps de lits, de sacs à mains et évidement des restaurants.
Rap-Bua-Festival-140.jpg
Rap-Bua-Festival-153.jpg
D’autre part, il y avait beaucoup de choses que vous trouvez dans les fêtes foraines :
– des manèges pour enfants,
– des montagnes russes pour enfants,
– une grande roue,
– un mur de la mort (spectacle de motos & karts qui tournent dans un cylindre),
– …

 

 

Ce qui m’a le plus choqué fut la façon de chercher à soutirer de l’argent à toutes les personnes qui venaient avec les hauts parleurs qui hurlaient en permanence, qui cassait les oreilles  et qui vous disaient qu’il fallait donner car c’était bon pour vous, que cela vous apporterait dix fois plus …
Rap-Bua-Festival-054-2.jpg
J’ai malheureusement déjà pu constater que beaucoup de fondements de la religion bouddhiste ne sont pas du tout respectés en Thaïlande surtout quand il s’agit d’argent, mais là, cela me paraissait le comble. Non seulement, les vendeurs d’objets du temple me sont apparus pires que les marchandes de poissons sur certains marchés, mais en plus les choses ici était tarifés, ce qui est contraire aux principes religieux qui veut que chacun donne en fonction de ses moyens et de son désir. Vous pourrez voir dans les photos les troncs destinés à recevoir les aumônes avec un tarif précisé et dans certain cas un tarif qui correspond à ce que gagnent certains en une journée.
C’est sans doute moins pire que le Wat Dhammakaya qui fournis des certificats qui permettent de payer moins d’impôt et fait payer ses services des fortunes mais je trouve cela choquant.
Je suis malheureux de constater que beaucoup de temples ne respectent pas le bouddhisme en parlant d’argent mais en plus, que certains font tout pour en récolter toujours plus. J’ai pu lire sur wikipedia que d’après le Centre de recherche Kasikorn (ศูนย์วิจัย กสิกร ไทย) les thaïlandais ont donné 3,3 billions de bahts en 2005 soit 250 milliards d’euros aux temples et aux moines mais cela ne semble pas leur suffire. Sans doute pour payer les collections de voitures, les avions privées, la vie de luxe ou les frasques de certains. Comme les instances supérieures de la communauté des moines thaïlandais refusent que quiconque mette le nez dans leurs comptes, cela laisse présumer les malversations qui s’y passent et donne le mauvais exemple à tous les moines qui veulent être honnêtes.

Je sais qu’en Thaïlande, le mot le plus important doit être ทำบุญ (Tam boune) qui se traduit par « faire du mérite » et que c’est inséparable de la vie quotidienne en Thaïlande. La principale chose à faire est de faire le bien quel qu’il soit et entre autre chose importante de donner de la nourriture aux moines qui se promènent dans les rues vers six heures du matin. Mais ทำบุญ (Tam boune) a été détourné et est devenu donner de l’argent pour les moines et tout thaïlandais semble se sentir obligé de donner de l’argent puisque soit disant cela va améliorer leur vie présente et leurs vies futures.
Rap-Bua-Festival-063.jpg
Rap-Bua-Festival-153.jpg
Vous pouvez voir sur la photo ci dessus des prévisions en fonction des signes astrologiques où il est écrit que pour éviter les mauvaises choses qui sont prédites, il suffit de faire flotter une petite bougie sur le bassin qui est à disposition. Mais ces bougies sont vendu avec les prix fixés et non selon le désir ou les possibilités de chacun!

J’ai toujours trouvé extraordinaire d’exposer tant de richesse et de demander encore et encore de l’argent, mais cela ne semble choquer personne en dehors de moi.

J’arrêterai là ma critique de l’utilisation de la religion pour le pouvoir et pour l’enrichissement de certains car c’est malheureusement universel et finalement, il est moins grave de détourner l’argent que de tuer au nom de la religion comme l’ont fait les catholiques  ainsi que le musulmans dans le passé et maintenant certains arabes malotrus  et ceux que l’on appelle terroristes que les occidentaux condamnent officiellement  mais les soutiennent et les financent.

Une chose qui vaut vraiment le détour dans ce temple est la visite des toilettes.
J’ai rarement vu des toilettes aussi belles et aussi luxueuses que celles-ci.
J’ai été étonné que les femmes et les hommes partagent la même pièce pour les toilettes et les lavabos puisque les femmes s’écartent pour laisser passer un moine dans la rue et ne s’assoient jamais à coté d’un moine dans un autobus entre autre.
Voici deux photos de ces toilettes qui sont tellement exceptionnelles que de nombreuses personnes se font photographier dans ce décor. Ces deux photos vous permettrons de comprendre à quoi correspond ce joli décor dans la série de photos que je vous présente.
Rap-Bua-Festival-114.jpg
Rap-Bua-Festival-110.jpg

Après avoir pu faire le tour du temple pendant que la plupart des personnes était sur les quais au bord du canal pour le début des festivités, je suis retourné vers un endroit au bord du canal où il y avait moins de monde puisque certains se dirigeaient vers le temple et j’ai pu enfin voir quelques bateaux.
C’était vraiment très étonnant de voir les différents bateaux qui passaient, certains étaient effectivement très joliment arrangés avec des personnages en costumes d’époques ou avec de superbes tenues, d’autres étaient plus simples avec juste quelques moines mais d’autres étaient tout a fait différents avec des personnes qui dansaient sur une musique endiablée, d’autres étaient vraisemblablement là pour faire de la publicité, sur d’autres il y avait des fille habillées en écolières sexy qui se trémoussaient même si certains étaient en fait des garçons, il y avait aussi des travestis qui faisaient des contorsions bizarres ou très érotiques, … Certains bateaux dépareillent  par rapport à mon idée d’une fête religieuse mais c’est très sympathique de voir toute cette diversité et cette ambiance. On s’attendrait presque à voir des tables où vous pourriez voir le spectacle tout en consommant toutes sortes de cocktails et en caressant celle ou celui qui vous tenterait, mais cela ne va pas jusque là.
Rap-Bua-Festival-206.jpg

En conclusion,  j’ai été heureux de venir découvrir ce festival dont j’avais entendu parlé et je pense qu’il est intéressant de venir voir une fois le Rap Bua Festival.

J’ai oublié en repartant d’aller découvrir le marché flottant de Bang Phli alors que cela aurait été une bonne occasion. Vous avez ici le plan qui vous permettra de vous repérer pour y aller.(écrit Boran Bang Pli Floating Market sur la carte)
https://goo.gl/maps/whCn7y7AEnv

carte Marche Flotant Bang Phli.jpg
carte Marche Flotant Bang Phli.jpg

 

Si vous compter vous  rendre au rap bua festival, je vous conseille d’arriver plutôt vers cinq heures et demi ou au plus tard vers six heures afin de pouvoir déposer vos offrandes de fleur de lotus sur le bateau et ensuite être bien placé pour voir tout le défilé des bateaux.
Pour savoir quand cela a lieu, le mieux est de contacter l’Autorité Touristique de Thaïlande (TAT) dont la hotline accessible depuis la Thaïlande est le 1697 ou le Centre d’appel de la TAT : 1672. Je ne me rappelle plus lequel des deux numéro fonctionne, mais j’ai eu le renseignement un jour férié.

Pour y aller,

En voiture, le mieux est d’aller sur google map et de déterminer votre trajet en fonction de l’endroit d’où vous partez.
Je n’ai pas pu trouvé sur google map le Wat Bang Phli Yai Nai mais vous avez l’école Bang Phli Yai Nai School qui est à l’intérieure du temple
https://goo.gl/maps/dZ16Y5iv8q42
carte Wat Bang Phli Yai Nai.jpg

Vous pouvez y aller en taxi mais comme c’est assez loin vous en aurez pour environ dix euros en fonction de l’endroit où vous résidez dans Bangkok. À priori vous aurez aussi 50 baths de voie rapide à payer.

Vous pouvez aussi aller en BTS jusqu’à Bearing แบริ่ง et continuer
soit en taxi
soit en songthaew qui attendent au pied du BTS sur Sukhumvit

D’ailleurs pour le retour, je vous conseille de prendre un taxi ou le songthaew jusqu’à Bearing pour prendre le BTS, cela vous évitera les embouteillages.

Si vous désirez VOIR LES PHOTOS que j’ai faites, sachez qu’il y en a 168 ce qui fait que si vous les laissez défiler toutes seules soit 7 secondes chacune cela va vous prendre environ 20 minutes.
Vous pouvez aussi cliquez sur les vignettes pour ne voir en grand que celles qui vous intéressent.

 voir les photos du Rap Bua Festival en version html

 

Qui est LuangPho To หลวงพ่อโต

Ayant eu beaucoup de mal à savoir qui est le Luangpho To หลวงพ่อโต qui se trouve dans le temple Wat Bang Phli Yai Nai et dont une représentation est sur le bateau qui descend la rivière pour ce festival, je vous communique ici toutes mes recherches pour vous permettre d’en savoir un peu plus sur Luangpho หลวงพ่อ.

Luangpho หลวงพ่อ désigne le haut rang d’un moine.
À priori, j’avais pensé que cela ne devrait pas être un moine récent ou sa représentation puisque c’est une tradition qui remonte dans le temps.
Dans les statues de Luangpho To หลวงพ่อโต que l’on trouve sur internet la première mise en avant est dans le Wat Intharawiha วัดอินทรวิหาร qui se trouve dans le quartier de Phra Nakhon à Bangkok , c’est une statue de Bouddha debout de 32 mètres de haut et 10 mètres de large. Cette statue est dénommée Luang Pho To ou « Phra Si Ariyamettrai » (Maitreya). Ayant lu que Maitreya était une figure importante du soutra du lotus, cela pourrait donc avoir un rapport avec la tradition des offrandes de fleurs de lotus, mais cette statue est vraiment trop loin de Samut Prakan
En recherchant ce que pouvait être Luangpho To หลวงพ่อโต; je me suis aperçu que Luangpho correspondait à beaucoup de choses différentes, cela correspond à des moines qui vivent ou ont vécu, à des statues ou amulettes, ou à des noms de temples :
– Luang Pho Daeng était un moine mort en 1973 à l’âge de 79 ans et qui s’est momifié tout seul en position de méditation et qui reste étonnamment conservé après plus de quarante ans. Il se trouve au temple Wat Khunaram sur l’ile de Ko Samui.
– Luang Pho Waen Sujinno était un moine bouddhiste de la province de Loei, mort en 1985 à 98 ans.
– Luang Phor Khoon était mort en 2015 au Maharat Nakhon Ratchasima Hospital à l’age de 92 ans.
– Luang Phor Pern Tittakuno est un moine du Wat Bang Phra.
– Luang Pho Sot fut un moine du Wat Paknam Bhasicharoen à Thonburri qui a beaucoup développé la connaissance de la méditation; ce moine est mort en 1959. Cependant, on sait que le Wat Dhammakaya utilise la statue d’or de Luang Pho Sot et se revendique de ce moine alors que c’est le temple le plus pourri et le plus déviant du vrai bouddhisme, le Wat qui entre autre, vous vent le nirvana contre monnaie sonnante et trébuchante. Heureusement que j’ai pu savoir que ce n’est pas le même moine qui est célébré à Samut Prakam car cela aurait montré que ce temple est comme beaucoup de temples plus intéressé par l’argent que par le vrai bouddhisme. Même si cela semble être le cas des moines qui ont les plus grandes responsabilité du bouddhisme en Thaïlande, comme je n’apprécie pas ces mauvais moines, cela m’aurai déplu.
– Il y a aussi toutes les amuletes des moines fameux comme Luang Pho Suk, Luang Pho Doem, Luang Pho Khian; Luang Pho Khan, Luang Pho Klai, Luang Pho Kham, Luang Pho Khron, Luang Pho Koh, Luang Pho Charan, …

En fait Luang Pho To est une représentation assez classique de Bouddha. Je viens d’apprendre qu’il y avait des statues de Bouddha dites Luang Pho To un peu partout en Thaïlande et que j’en avais même une chez moi !

J’ai enfin pu découvrir qui était LuangPho To du Wat Bang Phli yaï Naï grâce à un article de wikipedia où j’ai reconnu sur une photo la statue de Bouddha qui était très entouré dans le temple lorsque j’y suis allé :
https://th.wikipedia.org/wiki/หลวงพ่อโต_(บางพลี)
https://th.wikipedia.org/wiki/%

Le Luangpo du Wat Bang Phli Yai est un Bouddha de l’ère de Sukhotai.
Rap-Bua-Festival-085.jpg
Rap-Bua-Festival-087.jpg

La légende populaire dit qu’il y a deux cents ans, trois bouddhas flottaient sur le fleuve Chao Phraya.
Trois Bouddhas qui montrent leur nature supérieure en aval du fleuve et font parfois des miracles surnaturels qui font que les personnes les voient comme une expression complète du surnaturel et du divin.
Plus tard, l’un des Bouddha flottant retourna dans l’embouchure de la rivière Tha Chin pour s’installer sur un piédestal au Wat Phet Samut วัดเพชรสมุทร (ou Wat Ban Laem) à Samut Songkhram สมุทรสงคราม. Dans ce temple vous trouvez effectivement le Luang Phor Wat Ban Laem
Pendant ce temps là une autre représentation de Bouddha flotta retourna dans l’embouchure de la rivière Bang Pakong pour s’installer sur un piédestal au Wat Sohtrawaraaram วัดโสธรวราราม dans la province de Chachoengsao ฉะเชิงเทรา. Dans ce temple vous trouvez effectivement le Luangpho Phuttha Sothon หลวงพ่อพระพุทธโสธร.
Une autre représentation de Bouddha Luang Pho To หลวงพ่อโต a continué à dériver sur le fleuve Chao Praya et s’est retrouvé flottant dans le canal Sarong

Grace à ce site j’ai enfin su l’histoire de Luang Pho To même si ce site ne relate que l’histoire de Luang Phor Sothorn et de Luang Phor Wat Ban Laem
http://www.ethaigold.com/Buddha-Images_ep_72-1.html

Selon les légendes, il y a plus de cent ans, un miracle se produisit lorsque les trois frères ou leur représentation s’échappèrent de ville d’Ayutthaya en feu en descendant à la rivière Ping, se dirigeant vers le sud, où ils ont été jeté.
Ils avaient été construits par les prêtres hindous et on croit que les propriétaires de ces trois images étaient trois millionnaires dans le Nord.

L’aîné, Luang Phor To, flottait le long du Canal de Samrong à Bangphli dans la province de SamutPrakarn. Alors, un groupe de personnes à cet endroit, lui a rendu hommage et utilisé sai sin สายสิญจน์ (un long fil blanc, fil béni utilisé dans les cérémonies bouddhistes ou utilisé pour bonne chance), pour le tirer à terre, il y est resté depuis lors.

Le second Luang Phor Wat Ban Laem a flotté vers le golfe de Thaïlande, le long de la côte à Samut Songkram et il y est resté depuis lors. Les Thaïlandais ont adoré Luang Phor Wat Ban Laem pendant des siècles en raison de son pouvoir surnaturel. Bien que la statue était à l’origine de Samut Songkhram, la statue est reconnue comme l’une des statues de Bouddha la plus sacrée en Thaïlande. Luang Phor Wat Ban Laem est censée être d’abord découverte par les pêcheurs de Ban Laem, Samut Songkhram. Les pêcheurs ont trouvé deux statues de Bouddha, l’une en posture Mara et l’autre tenant un bol à aumônes. La statue Bouddha face à Mara a été donnée aux personnes de Bang Tabun, Petchaburi, et plus tard a été appelée Luang Phor Wat Khao Ta Khrao. Et l’autre a été enchâssée au Wat Ban Laem. La statue a été appelé plus tard Luang Phor Wat Ban Laem.

Le plus jeune, Luang Phor Sothorn หลวงพ่อโสธร, a été poussé vers le bas à travers la rivière Bang Pakong แม่น้ำบางปะกง dans la province de Chachoengsao ฉะเชิงเทรา. Après les gens ont construit un sanctuaire pour lui et utilisés un peu de fil blanc, ils ont réussi à le tirer à terre. Phra Phuttha Sothorn a été là depuis, le temple est actuellement appelé Wat Sothorn Wararam วัดโสธรวรารามวรวิหาร, alors qu’il était appelé à l’origine « Wat Hong » วัดหงษ์. Deux fêtes annuelles célébrent Luang Phor Sothorn หลวงพ่อโสธร les 5e et 12e mois lunaires (autour d’avril et de novembre). Les gens à travers le pays témoignent d’un grand respect à la statue en raison de nombreux événements miraculeux. À un moment, on a pensé que Bouddha Phra Sothorn a stoppé l’épidémie mortelle dans la province de Chachoengsao après les vœux d’apaisement qui lui ont été faits. Les thaïlandais croient que tout ce que les gens font comme bons souhaits à Bouddha Phra Sothorn leur sera accorder et que les souhaits se réaliseront. Bouddha Phra Sothorn (Luang Phor Sothorn หลวงพ่อโสธร) est l’une des images les plus vénérés de Bouddha en Thaïlande. La statue est dans l’attitude de la méditation, mesurant 1,65 mètres de large et 1,48 mètres de haut.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*